Simulation prêt à taux zéro (PTZ)

Investissement

Le domaine de l’immobilier constitue un secteur constamment en développement. De nouveaux bâtiments naissent et des anciens sont remis à neuf pour une nouvelle utilisation. Il existe différentes sortes de propriétés immobilières, mais également une variété de propriétaires. Selon la nature de la propriété et le profil du propriétaire, le projet peut bénéficier d’un accompagnement de la part de l’État. Le prêt à taux zéro (PTZ) représente un des accompagnements que la France met à disposition de ses acquéreurs immobiliers. Comment calculer son PTZ en fonction des informations dont on dispose ?

Le prêt à taux zéro : de quoi s’agit-il ?

Le PTZ  est un prêt avec un taux de remboursement de 0 % que l’État apporte aux acquéreurs immobiliers selon un certain nombre de critères d’éligibilité. Il s’agit d’un crédit secondaire qui doit être annexé au prêt principal du projet d’acquisition d’un bien immobilier. A noter qu’il ne couvre jamais la totalité du coût d’acquisition et représente un complément destiné à soulager un tant soit peu le futur propriétaire. Puisque le PTZ constitue une aide secondaire à l’acquisition immobilière, il possède un certain nombre de limites qu’il n’excède pas. Le PTZ est fixé à un pourcentage variable du coût du bien à acquérir. La fixation de ce pourcentage dépend de certaines données comme les plafonds de revenus, la nature du bien à acquérir, le nombre de personnes voulant y habiter et la zone géographique de construction.

Simulation du PTZ

Pour faire la simulation ptz dont on pourrait bénéficier, il suffit d’entrer un certain nombre d’informations dans un calculateur de PTZ (un outil disponible sur plusieurs plateformes légales). Il faut commencer par indiquer la nature du bien et sa localisation. Ensuite, insérer le prix du logement et le coût des travaux s’il y en aura. Vous préciserez également votre apport personnel avant d’ajouter la composition de votre foyer et votre revenu fiscal de référence.

Prêt taux zéro pour un ancien immobilier

Vous pouvez décider d’acquérir un ancien bien immobilier à remettre à neuf ou opter pour une toute nouvelle construction. Si vous décidez d’acquérir un ancien bien immobilier, le PTZ vous sera fixé en fonction du montant que vous dépenserez pour la rénovation. Pour en bénéficier, il faut effectuer d’importants travaux visant une surface habitable supplémentaire, la modernisation, l’assainissement, l’aménagement des surfaces habitables ou encore des travaux pour réaliser des économies d’énergie. Le plafond du PTZ pour un ancien bien immobilier se fixe à 40 % du montant de l’acquisition en prenant en compte toutes les conditions.

Prêt taux zéro pour un immobilier neuf

Le PTZ pour lune nouvelle construction répond aux mêmes principes que celui de l’ancienne à quelques différences près. Dans le domaine du neuf, le PTZ peut prendre en compte une partie de la construction ou de l’achat de tout logement neuf. Selon la zone géographique du bien immobilier, le PTZ d’un nouveau bien immobilier peut avoir un plafond de 40 % ou de 20 % du coût de l’opération.

Qui peut bénéficier du prêt taux zéro ?

Le PTZ est un accompagnement de l’État pour alléger la tâche à certains acquéreurs de bien immobilier. En réalité, ce prêt s’octroie pour le premier bien immobilier principal, c’est-à-dire que le bien immobilier servira de résidence à l’acquéreur. Ainsi, pour bénéficier du prêt à taux zéro, il ne faut pas avoir été propriétaire pendant les deux années précédant la demande. Ce prêt est destiné aux personnes ou aux ménages avec des revenus modestes et intermédiaires. Peuvent bénéficier de ce prêt uniquement les personnes dont les revenus se trouvent dans la marge fixée par l’État. Il va à l’endroit des seuls accédants à la propriété sauf les quelques exceptions d’invalidité, d’handicap, des personnes victimes d’une catastrophe naturelle ou technologique. Pour en bénéficier, il faut fournir le revenu fiscal de l’année surpassée (revenu fiscal de 2019 pour une demande à effectuer en 2021). Il faut également déclarer les revenus des autres personnes destinées à habiter dans la résidence à acquérir. Il faudra aussi prendre en compte les revenus qui proviennent d’autres pays en fournissant des avis d’imposition ou d’autres documents administratifs valables provenant de(s) pays en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *